Le Boomerang l’emporte de nouveau contre les joueuses professionnelles

Le Boomerang et les joueuses du PWHPA - Crédit photo - Tristan Mac

Montréal, le 27 novembre 2019. Après avoir remporté le premier match contre l’Association des joueuses de hockey professionnelles de Montréal, c’est le 24 novembre dernier que le Boomerang a mis la main sur le deuxième duel par la marque de 2-1. Nicolas Imbeau (La Prairie) et Lukas Châtelain (Coteau-du-Lac) ont marqué les buts du Boomerang tandis que la talentueuse attaquante américaine, Hilary Knight, a enfilé l’aiguille pour les joueuses professionnelles.

« Le début de match a été difficile, comme la mise en échec n'est pas permise ça de-mande une certaine période d'adaptation pour les joueurs. À partir du milieu de la première période, nous avons commencé à mieux jouer, nous avons eu beaucoup de temps de possession en zone offensive. On savait que défensivement elles sont diffi-ciles à affronter, elles ferment bien l'enclave. On a eu de la misère à générer de bonnes chances de marquer malgré notre temps de possession. Sinon, par moments, nous avons donné beaucoup trop de surnombres à l'autre équipe, mais je suis content qu’en troisième période nous ayons limité leurs chances de marquer comparativement aux deux premières périodes », dit l’entraîneur adjoint, Francis Gervais. L’entraîneuse-chef adverse, Caroline Ouellette, pense que cette partie fut excitante. « Je pense que ç’a été un excellent match de hockey, beaucoup de chances de marquer des deux cô-tés. Les gardiens de but ont dû se signaler. Pour nous, c’était un deuxième match en moins de 24 heures, alors c’était tout un défi qui nous attendait, mais je suis fière des filles. Elles ont trouvé le moyen de revenir dans le match tard en troisième période et marquer un but, mais malheureusement nous avons manqué un peu de temps », constate l’ex-joueuse numéro 13 de l’équipe canadienne féminine.

Le joueur d’avant du Boomerang, Nicolas Imbeau a apprécié avoir joué le match contre les joueuses professionnelles. Selon lui, cela a permis à son équipe de voir dif-férents styles de jeu. Le cerbère Émile Lessard (Napierville) est content d’avoir pu con-tribuer à la victoire. « J’ai vraiment aimé pouvoir être avec les gars. Je ne les vois pas souvent lors des matchs, alors j’essaie de profiter de chaque moment que j’ai avec eux et c’est vraiment de bonnes personnes dans cette équipe », laisse entendre le numéro 31. L’excellente Marie-Philip Poulin a bien aimé l’intensité du jeu du Boomerang. Sa-rah Lefort, qui est également membre du personnel d’entraîneurs de hockey féminin du Boomerang a trouvé cela particulier de jouer contre l’orange et marine. « J’aime toujours ça, ça me donne une motivation de plus. Je connais un peu les gars et je connais le personnel d’entraîneurs adverses, alors je me suis beaucoup amusée au-jourd’hui », raconte-t-elle. Karell Émard, qui a déjà travaillé dans l’organisation du Boomerang, a tenu à donner crédit au responsable des sports du Cégep André-Laurendeau, Claude Morin, ainsi qu’à l’entraîneur-chef, Alexandre Dandenault, de vouloir donner ce défi-là à leurs joueurs. « Je tiens le Boomerang à coeur. Je suis très proche de Claude Morin et j’adore ce qu’il fait et Alexandre Dandenault aussi, pour son calibre de hockey et pour sa compréhension du jeu. Ils croient vraiment au hockey féminin en plus. Je trouve que les matchs contre eux n’ont que du sens puisque tout le mondey gagne. On fait grandir le sport en tant que tel et ensemble, avec leur soutien et le nôtre, on apprend à éduquer ces gars-là que le hockey féminin a vraiment sa place et ils le croient aussi », complète la joueuse arborant le numéro 76.

 

Source: AL-Sports, par Tristan Mac, journaliste et commentateur du Boomerang

Suivez-nous

Social

Dernières nouvelles

Météo

Weather Icon

Endroit

Température
( à )

Partenaires

Mc-Donald LaSalle
Pods
Location Légaré
Fondation André-Lauendeau
Cégep André-Laurendeau
Rayko
Loisirs 3000
Desjardins
Bocci
IGA Beck
Centre Quebec
Ecole de conduite
UniFirst
Allô! Mon coco